Quand l’EGO ne veut pas jouer aux LEGOS - Partie 3 -

Le p’tit Lucas est depuis quelques temps rempli de questionnements, de doutes. Ses diverses rencontres avec le chirurgien dentiste, et autres personnes, amènent des interrogations profondes, parfois essentielles.

Quel sens donner à sa vie ?

Est il trop jeune pour se poser ce genre de question, est-il trop vieux ?
Il est là sur son bureau en train de griffonner quelques mots qui n’ont aucun sens, il envoie des SMS à ses copains, qui sont parfois dans la même situation que lui.

Quoiqu’il en soit, il est présent à ce tourment, il est conscient, qu’une partie de lui à envie de se plonger dans l’inconnu. Un inconnu qui lui fait peur, mais un inconnu où il aimerait développer ses rêves.
Pour compenser, il mange des bonbons, gâteaux, exagère ses temps de présence sur internet.
Il a l’impression qu’une petite voix s’est glissée en lui, pour lui parler, lui donner des informations qu’il connaît.

- Oui, mais si tu fais le choix de changer, tu vas renoncer à quelque chose que tu as déjà….!!! Si tu prends cette décision, tu risques de rien gagner, de tout perdre.!!!!

- Mais qui me parle ?

Autant de freins, autant d’illusions, de désillusions qui le poussent à créer sa propre zone d’inconfort, où se génère au fond de lui une relation bloquante (lui avec lui, et bien sur lui avec les autres).

Est il acteur de tout ceci ?
Est il spectateur de cela ?

Il aimerait, avoir un regard plus précis sur là où il en est. Il est parfois marqué par des certitudes, mais aussi des doutes profonds. Il a besoin d’aide, de réconfort.
Comment faire ?
Comment se situe avec sa propre vérité, son ouverture.
Il sait bien que les problèmes qu’il rencontre, sont en lien avec son degré de franchise qu’il a envers lui-même.

Parfois, souvent même, il se ment…. Beaucoup

Il découvre que son niveau de consicence par rapport à sa situation, se trouve à différents degrès d’authenticités.
- Le déni
- La rétention
- Le blâme
- Le ressenti, où se trouve ses colères et ses intensités.
- La projection que l’on s’imagine que l’autre a de soi.
- Les peurs
- Peur d’être insignifiant
- Peur d’être incompétent
- Peur de ne pas être aimable…
-
Ces obstacles sont ils un frein, ou est ce que l’obstacle est le chemin ( de Ryan Holiday ou « l’art éternel de transformer les épreuves en victoires ») ?

Il veut pouvoir se rendre compte de cela.
Il veut se mouvoir dans un univers plus en adéquation avec ses valeurs.
Il veut se réveiller à lui même pour mieux s’éveiller à la vie.
Il a mal en dedans. Son ventre se tord, son ventre se noue, son caractère est plus sensible.
Il veut être acteur de son environnement, et moins subir.

Oui mais comment faire ?
Comment se dégager du temps, pour comprendre sa réalité, son imaginaire ?

Il a dans le tiroir de sa chambre un jeu qui pourrait l’aider à sortir de son questionnement sans fin.
Sa boîte de l’EGO.
Il a appris que ce jeu pouvait être également utilisé pour répondre à ses questions existentielles ?

Son avenir est il là dans CE jeu ?
Il comprend qu’une partie de lui n’a pas envie de voyager dans un futur qu’il ne maîtrise pas.
Il préfère un « passé encore bien présent », toujours vivant, mais qui le bloque dans son organisation, son vécu.
Mais qui est cette partie de lui même qui le bloque profondément ?
C’est cette partie invisible qui chemine avec lui, comme une ombre, qui est attachée à lui, comme a pu le découvrir Peter Pan, sans pouvoir l’enlever.
Cette ombre le rend fort, vaniteux, tout puissant, irrévérencieux, quand il gagne, quand il est sur de lui, quand il se montre en soirée. C’est son grand AMI l’EGO.

Sournois, fort, vil, malin, il lui tend des pièges pour le faire tomber, parce qu’il n’a pas envie de voir le p’tit LUCAS avancer.
Mais aussi, peureux, menteur, manipulateur, provocateur. Il est tout à la fois. EXTRAORDINAIRE !!!

⁃ Pourquoi veux tu changer mon p’tit Lucas, pourquoi veux-tu changer ? Tu as tout le confort qu’il te faut. Tout !!

P’tit Lucas souhaite se regarder en face pour mettre à plat ses objectifs de vie, sa vision de son présent et se projeter plus aisément, consciemment.
Et s’il travaillait avec ses « LEGO ».

Une de ses amies l’a initiée à ce jeu, et surtout sur la méthode d’apprentissage des LEGO. Apprendre en construisant. Apprendre en jouant.
Ah oui, cela peut être agréable non ?
Son amie lui dit que l’entreprise LEGOa connu des questionnements profonds, alors qu’elle était au sommet de sa gloire. Elle s’apercevait quelle ne pouvait plus avancer comme avant.
Elle se rendait compte, quelle faisait toujours la même chose, et pour avoir toujours les mêmes résultats. Elle faisait que du LEGO.

LEGO porta un regard critique et constructif sur son organisation, son entreprise, ses produits, et ses peurs.

Elle a développé une méthodologie en lien avec des universitaires Genevois, pour déboucher sur une méthode puissante et forte. La méthode LSP.

Cette approche, lui a permis de prendre du recul, de comprendre ce qui bloquait chez eux, dans les fonctionnements, comprendre les inter actions, bonnes ou mauvaises entre tous les acteurs.

Comment le p’tit Lucas ne peut il ne pas comprendre que ses peurs sont une opportunité de grandir ?

Assis là dans son fauteuil, regardant les bois qui s’étendent à l’infini devant lui, il comprend que sa résistance aux changements, n’est autre que sa propre peur d’évoluer vers quelque chose de plus beau encore.

Il doit se motiver pour écrire sa vie, de la construire, comme quand il faisait quand il était petit.

Rassuré, il commence à construire son nouvel univers, sa nouvelle vie, avec l’un de ses premiers amis, le LEGO.
Il se souvient maintenant, le plaisir qu’il a eu petit de voir se construire son imaginaire devant lui.
Il est heureux là, maintenant, de ce qu’il peut créer, développer, s’en avoir mal au ventre, peur.
Il est conscient de ce qu’il peut faire bouger, s’en avoir mal deux dents.
Le rassurer, parce que la vie n’est qu’un chemin fait d’épreuves, où les trésors se trouvent derrière….

Il pense connaître la suite.